fevereiro 28, 2013


«Que l’univers dans une parfaite stabilité
Connaisse des variations harmonieuses,
Que les éléments en concurrence
Observent un pacte perpétuel,
Que Phébus emmène la lumière rose
Du jour sur son char d’or
Pour que Phébée commande aux nuits
Amenées par Vesper,
Pour que la mer insatiable contienne
Ses flots dans une limite déterminée,
Pour que les sols mouvants ne puissent
Se déployer sur de vastes étendues,
Voilá une série de phénomènes controlés
Par ce qui régit la terre et la mer
Et qui commande au ciel: l’amour.
Si jamais il relâche les rênes,
Lá où il règne aujourd’hui,
La guerre aura tôt fait de s’installer
Et le mécanisme actuellement mû
Avec cohérence et beauté
Ne pourra résister aux forces destructives.
C’est aussi l’amour qui maintient les peuples
Unis para un pacte inviolable,
C’est lui qui noue les liens sacrés
Du mariage par des vertueux rapports,
C’est également lui qui dicte ses lois
Aux compagnons fidèles.
O bienheureux genre humain
Si votre coeur obéit à l’amour
Auquel obéit le ciel.»

Boèce, Consolation de la Philosophie (524 d.C.),
Préface de Marc Fumaroli, Paris, Éditions
Payot & Rivages, pp.100-1

2 comentários:

alf disse...
Este comentário foi removido por um administrador do blogue.
vbm disse...
Este comentário foi removido pelo autor.